Skip to content

CH: un espoir sorti de nulle half

  • SPORTS

S’il fallait classer les espoirs des Canadiens de Montréal en termes de level par match this season, la coqueluche du second, Joshua Roy, apparaitrait sans shock au premier rang. Votre regard s’arrêterait ensuite au deuxième échelon sur Jared Davidson.

Ce nom ne vous dit probablement pas grand-chose. C’est regular: Davidson a dû attended ses 20 ans pour être repêché tardivement au cinquième tour (130e au complete) par les Canadiens de Montréal le 8 juillet dernier.

Deux fois, il a été ignored au repêchage de la NHL. Pire encore: après avoir été boudé au repêchage bantam de la WHL à l’époque, il a été retranché du midget AAA!

«C’est probablemente la meilleure selected qui me soit arrivée, au ultimate», in keeping with the primary curiosity à l’auteur de ces lignes.

Davidson connaît très bien l’histoire d’Arber Xhekaj et, s’en inspiring, il started lui-même à se faire un nom. Le joueur de heart de 6 pieds, a local of Edmonton, with a collection of feu le printemps dernier avec 29 factors in 25 matches for lesser les Thunderbirds de Seattle à la finale de la WHL. Seoul Logan Stankoven – dont le expertise vous a sans doute ébloui au Championnat mondial junior – a mieux fait que lui.

This season, Davidson poursuit sur sa lancee, who resold left 50 factors, dont 20 buts, in 31 matches in Seattle. Dans quelques mois, il pourrait troquer le chandail des Thunderbirds pour celui du Rocket de Laval, une fois son parcours de él completed dans le junior.

“Nous croyons qu’il est prêt à graduer à la fin de la saison, c’est sure”, affirmed au bout du fil son directeur général, Invoice LaForge.

Jadis, when LaForge sat on the sands of the Canadian West as a recruiter, a younger Brendan Gallagher faisait un tabac avec les Giants de Vancouver. Observer Davidson replonges the hockey man together with his souvenirs from him.

«If Jared atteint the NHL, c’est le genere de joueur qu’il devra être. Quelqu’un qui mix énergie et expertise, en plus d’évoluer dans toutes les conditions.»

Des joueurs unidimensionnels qui brûlent le junior à 20 ans, on en trouve chaque année, et la majorityté d’entre eux frappent un mur au niveau professionnel. Or, Davidson n’est pas tout à fait ce typique franc-tireur qui, une fois plus mûr que les autres, pile les statistiques de façon opportuniste. Il a petit quelque selected de plus: du chien. Il joue d’une manière effrontée.

“C’est assuredment un compétiteur (gamer). He il n’est pas si gros ou si grand, mais comme Gallagher, il fait monter la température quan il saute sur la glace. Il finit ses mises en échec et il est prêt à défendre ses coéquipiers de él. the opposite sound [l’entrevue a été menée au mois de décembre, NDLR]il a jeté les gants three minutes après la premiere mise au jeu et il a vraiment renversé la vapeur.”

Cette hargne et ce côté abrasif are additionally manifestés le 30 decembre dernier lorsqu’il a assommé un rival d’une percutante droite.

MODEST DEBUTS

Of nombreux facteurs clarify the late nature of the hatching of Jared Davidson, who in my time earlier than turning into a joueur worthy of point out within the WHL. Plusieurs chemins peuvent mener à Rome, mais dissons que celui borrowed par Davidson a été particulièrement sinueux.

Tout juste avant son année d’admissibilité au repêchage bantam, il a subi une blessure au cours de l’été qui lui a fait prendre an vital retard sur les joueurs de sa cohorte, though qu’il été I ignored par les formations de the WHL. Retranché ensuite du midget AAA, il a dû évoluer avec les joueurs de 15 ans du triple lettre.

Par likelihood, the entraîneur des gardiens des Thunderbirds de Seattle, Ian Gordon, assistait à ses matches puisque son fils était dans la même équipe. Gordon a noué des liens avec le pere de Davidson. L’invitation au camp des Thunderbirds a suivi et l’attaquant n’a pas raté son audition de él à 16 ans.

Ses deux premières saisons dans le junior n’étaient toutefois rien pour écrire à sa mère. Davidson, qui sortait de nulle half, luttait pour des minutes de qualité avec des joueurs repêchés dont le potentiel était jugé supérieur.

«Cease, at 16 years outdated, it is tough to get huge tasks, simply think about once you did not get hit, Davidson justifies. On ne m’a rien donné, oh que non! Chaque match, j’avais intérêt à me presenter. J’ai vraiment dû monter au sein de la formation à power de travail acharné.»

Credit score picture: Seattle Thunderbirds

ENTRAÎNER SON… CERVEAU

La COVID est vraiment venue tout changer pour Davidson, qui s’est soudainement retrouvé avec beaucoup de temps entre les mains. Le jeune homme s’est mis à décortiquer son jeu de él sous toutes les coutures et étudier méticuleusement tous les features du hockey.

«J’ai tiré des rondelles en quantité industrielle et j’ai vraiment appris les subtilités de la place de gardien de however pour mieux cerner leurs déplacements et comprendre remark les déjouer, Davidson explains. Puis j’ai travaillé sans relâche sur ma power physique et ma vitesse.”

«Son éclosion est facile à comprendre: il a travaillé com un déchaîné, point out de son côté le directeur général des Thunderbirds, Invoice LaForge. Il a toujours eu un bon lancer, mais à 16 ans, il ne patinait pas comme il patine aujourd’hui. C’est vraiment ce qui le ralentissait. Il a tellement travaillé là-dessus qu’il est devenu un bon patineur.»

Davidson additionally collaborated with a cognitive visible efficiency specialist, Jace Freeman. Ça semble très compliqué, et ce l’est: en gros, il entraînait ses yeux de ella à traiter quickly l’info pour améliorer sa prize de décision et ses lectures de jeu sur la patinoire.

«They’re working for us a substantial impression on my life, confides Davidson. Tu peux réaliser spontaneously ce qui se déploie devant toi sans avoir à penser autant. C’est fou à quel level la recherche a évolué en ce qui a trait au cerveau humain.»

LE CH A CACHÉ SON JEU

Il faut croire que les Canadiens ont bien joué leurs cartes au dernier repêchage, automotive Davidson ne se doutait pas que le Tricolore lui portait un intérêt particulier.

«Je dois dire que j’ai été un peu surpris. J’étais très très d’entendre mon nom, mais je me souviens seulement d’avoir remplí un formulaire pour eux et de leur avoir parlé une fois by way of Zoom. J’think about que c’était suffisant pour me cerner!”

Davidson is surviving “quatre ou cinq équipes qui, à mes yeux, avaient vraiment manifesté beaucoup d’intérêt”.

After the séance de sélections, the co-director of the novice recruitment of CH Nick Bobrov avait parlé in termes très élogieux de his prize au cinquième tour.

«Il était le moteur de son équipe lors des séries, avait-il décrit. Il a toujours la pédale au plancher, il n’arrête pas. Il peut marquer de différentes endroits sur la glace. Il a tir qui est vraiment intéressant. Il est physique et il est acharné. C’est le style de joueur that you just think about jouer dans les séries de la Coupe Stanley en raison de son model de él. Il est un joueur avec du management et dont le moteur n’arrête jamais. Il est plus vieux que les autres, mais c’est un jeune homme qui n’a cessé de s’améliorer dans les demnières années même si la pandémie a limité ses events de montrer sa development de él au grand public. »

If Davidson did not really feel enormously d’curiosity from the a part of the membership that claimed him, Bobrov’s vibrant discours nous show that the Canadiens ont merely performed poker.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *