Skip to content

Chef-d’oeuvre feministe sur la transidentité, Joyland est le meilleur movie à voir cette semaine

  • MOVIES

Do you might have a ship of cinema however you do not know what to decide on to see the sorties within the halls? In Premier Rang, Maya Boukella, journaliste popular culture chez Madmoizelle, you advocate a movie à l’affiche. This week, Joyland est devenu l’un des meilleurs movies sur la transidentité qu’on ait vu au cinéma.

In 2022, the aura falls will attend the final seconde pour découvrir l’un des (si ce n’est you) meilleur(s) movie(s) de l’année. Comme quoi, avec le cinéma, il ne faut by no means perdre espoir.

Sorti in rooms December 28, joyland a déjà marqué l’histoire du 7ème artwork automobile, outre ses qualités exceptionnelles, il s’agit du all premier pakistani movie retained at Official Choice at Cannes. C’est génial, même si, personnellement, je ne comprender toujours pas Pourquoi il n’a pas reported by the Caméra d’Or… Mais je me console en me rappelant qu’il a tout de même gagné le Prix ​​Un Sure Regard even so the Queer Palmthree massive deserves.

Chef-d’œuvre d’écriture, merveille de mise en scène, fresque politique ultra-puissante et drame bouleversant qui fera couler vos larmes, joyland This movie goes to see this week.

© Madmoizelle

Joyland, de quoi ça parle?

Within the Pakistani city of Lahore, Haider and his son are married to one another with the household of little children who’re utterly full. On this home où chacun vit sous le regard des autresHaider est sommé par son père de discover a job and turn out to be misplaced.

Le jour où il déniche un petit boulot de dancer in a cabaretthe tomb sous le charme de Biba, elegant dancer with passionate persona.

Alors that des sentiments naissent, Haider backed off écartelé entre les injonctions qui pèsent sur lui et l’irrésistible appel de la liberté.

Une histoire d’amour… mais pas que

Avant d’aller see joyland, j’ai lu quelques critiques de spectateurs à son propos. C’est alors that j’ai remarked qu’un level revenait souvent. « Joyland est présenté comme une romance mais ne vous y fiez pas, le movie n’est pas vraiment centré sur cette histoire d’amour. » De quoi parle-t-il, si ce n’est pas de cette love story between Haider and Biba ? C’est poussée par la curiosité que je suis allée voir le movie. Et successfully, j’ai compris.

The romance promised by the poster and the synopsis of the movie is incarnated by Haider, a mutated and sick man, and by Biba, a transgender girl. Mais s’il ya un personnage dont le résumé ne parle pas, c’est mumtaz, l’épouse d’Haider.

joyland 3
© Condor Distribution

Au croisement des oppressions patriarcales, un portrait de femmes passionnant

Souvent, lorsqu’il ya une histoire d’amour dans un movie, les personnages de femmes trompées n’ont que peu de place. They continue to be relegated to the second plan. On a de la peine pour elles, mais elles restent exclues de la plot principale. Saim Sadiq’s movie is un pied de nez à ce trope cinématographique. C’est récisément grâce à mumtazqui a tout autant de place à l’écran et dans l’écriture qu’Haider et Biba, que movie prend tout son sens.

Biba et Haider are loin d’être des ennemies et des rivals. In actuality, they’re victims of the identical system machiste. The sport of joyland est certes de raconter une histoire d’amour. Seulement, celle-ci n’est qu’a chunk within the grand flip of the patriarchate. Cette grande machine who oppressed the ladies jusqu’à leur mort, réelle ou symboliqueet dicte aux hommes des comportements virilistes absurdes, joyland I put her on stage with an edifying justesse. Il decortique all facets of la masculinité poisonous et donne à voir ses séquences mortifères à travers le destin de ses personnages.

Pour toutes ces raisons, et d’autres qu’on veut vous laisser découvrir par vous-même, joyland is a superb feministe movie.

joyland 4

Transidentity is a central enjeu of feminisme

joyland jouit d’une photographie époustouflantechaque plan du movie interpellant par sa beautéd’une plot étonnante, audacieuse et déchirante ainsi que d’une galerie de personnages incroyablemente effectively written. On retient en particulier celui de Biba, cette femme à la fois sturdy, clever, however equally three delicate and marked.

Signe d’une grande justesse, le movie a l’intérêt de nous épargner des cènes de violencias insoutenables, comme en en retrouve dans sure movies qui, sous prétexte de “dénoncer” la violence dont sont victims les personnes queer, ne font que rejouer le traumatisme à l’écran, comme s’il s’agissait d’un spectacle.

joyland 5
© Condor Distribution

Ici, violence isn’t sufferer Biba whereas trans femme is faintce qui ne l’empêche pas d’être aussi bouleversante que révoltante. Elle se area of interest dans des remarksin sure mots employeddes giggleparfois meme, of easy regards, dont le réalisateur parvient à montrer en un mouvement de caméra que justement, ils n’ont rien d’inoffensif. With a powerful justesse, the évoque également réalisateur cette obsession que nourrit la société pour les organes génitaux des personnes trans dans deux scènes particulièrement mémorables, l’une dans les loges, l’autre dans une chambre.

On ne vous en dit pas plus pour ne rien vous gâcher de cette expérience sensorielle, sensuelle, émotionnelle et politique et qu’il ne faudrait rater pour rien au monde… Bonne séance !


Additionally learn:

M3gan ne fait pas peur : il démonte les ravages du capitalisme sur les enfants (et fait rire !)

Picture credit score to the Unit : © Condor Distribution

Plus d’articles au topic des
Rights of LGBTQI+ folks

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *